[Etude] Actu COVID-19, priorité aux experts & à l'employeur

Par Laure Delmoly, France Télévisions, MediaLab

La méfiance envers les journalistes est forte, y compris hélas, aujourd'hui. Selon une toute récente étude internationale réalisée par le cabinet américain Edelman, seulement 43% des répondants interrogés déclarent faire confiance aux journalistes sur l'actualité du CO-VID-19 faisant d’eux la source d’information la moins fiable sur la pandémie.

Si les médias traditionnels sont bien la source d'information la plus utilisée (64% des répondants), c'est la parole des experts - scientifiques et médecins - et le rôle de l'employeur qui sont valorisés.

Les journalistes : la source jugée la moins fiable sur le CO-VID 19

La majorité des répondants (64%) se tournent vers les médias d’information pour s’informer sur le CO-VID 19 avec de forte disparités entre les pays - variant de 73% pour le Japon à 52% pour la France.

Mais la méfiance envers le travail des journalistes n'a jamais été aussi forte. Les journalistes sont considérés comme la source d’information la moins fiable sur l’actualité du virus derrière “les pays les plus affectés" (46%) et les membres du gouvernement (48%).

Priorité aux experts : scientifiques, médecins & autorités de la santé

Près de la moitié des répondants (45%) estiment qu'il est difficile de trouver de “l’information fiable” sur le virus et ses effets, alors que 85 % affirment qu’ils souhaiteraient entendre davantage les scientifiques et moins les politiques dans les médias.

Dans cette situation sanitaire, les citoyens recherchent avant tout l’information des experts : scientifiques (83%), médecins pratiquants (82%) et autorités de santé tels que le CDC (75%) et l'OMS (72%).

Un rôle accru des employeurs dans l'actu CO-VID 19

51% des répondants considèrent l'info COVID-19 provenant des médias comme fiable vs 58% pour l’information gouvernementale et 63% pour l’information diffusée par l’employeur.

L’employeur est en effet une source d’accompagnement privilégiée dans cette crise sanitaire avec une forte demande de la part des travailleurs, celle de privilégier l'humain au business en proposant des communications claires sur :

  • Comment les employés peuvent éviter le virus
  • Les actions concrètes de l’entreprise contre le virus
  • Un état des lieux régulier de la propagation du CO-VID 19 dans l’entreprise

Une défiance envers l'info circulant sur les réseaux sociaux

L'actualité CO-VID 19 confirme la forte disparité selon les tranches d'âge en terme d'information  - les 18-34 utilisant en moyenne autant les réseaux sociaux (54%) que les médias traditionnels (56%) - tandis que les 35-54 ans et les 55 et plus se tournent massivement vers les médias traditionnels (respectivement 63% et 71%).

La défiance est croissante à l'égard des réseaux sociaux due à leur capacité à propager des « fake news », l’enjeu majeur étant de trouver la bonne information auprès des bonnes sources.

Les médias traditionnels sont considérés comme plus fiables que les réseaux sociaux qui n’obtiennent que 28% de répondants. 35% des répondants déclarent qu’ils ne considèrent jamais comme vraie une information si ils ne la voient apparaitre que sur un réseau social.

 

Cette crise révèle que pour les questions de santé, l'opinion publique fait davantage confiance aux experts qu'à toute autre source d'information. De très loin, les scientifiques, médecins et autorités de santé sont considérés comme des figures majeures de confiance. Les journalistes - qui ne sont pas experts - sont réduits dans ce scénario plutôt à un rôle d'animateur.

Crédit photo : Annie Spratt, Unsplash

* Cette Etude Edelman a été réalisée sur un panel de 10.000 répondants dans 10 pays ( GB, Etats-Unis, Brésil, Canada, France, Allemagne, Italie, Japon, Afrique du Sud et Corée du Sud ) entre le 6 et le 10 Mars 2020.

A lire aussi