Des chatbots à Minority Report : ce que nous réserve l'IA dans les prochains mois

Par Gautier Roos, France Télévisions, Direction de la Prospective

Futur en Seine et Cap Digital organisaient il y a quelques jours un événement consacré à l’IA grâce auquel 18 start-ups ont pu exposer leurs innovations et livrer un aperçu des tendances robotiques et algorithmiques qui nous attendent dans les mois à venir.

L’occasion de constater l’influence déjà prégnante de l’intelligence artificielle sur de nombreux domaines : l’industrie des loisirs, mais aussi la sécurité, l’éducation, le big data prédictif… Retour sur les projets les plus innovants.

Vers une démocratisation des chatbots et des assistants de poche

A l’heure de la géolocalisation tous azimuts, pas étonnant de retrouver de nombreux chatbots parmi les projets présentés. Un moyen pour les enseignes de renouveler leur relation avec les consommateurs, mais aussi de multiplier les points de contacts avec ces derniers, grâce à des assistants virtuels disponibles 24/24 et 7/7.

Le chatbot Citron recommande ainsi aux utilisateurs des lieux de sortie bien spécifiques à Paris (restaurants, bars) via l’interface Facebook Messenger. On peut lui soumettre tout type de requêtes (« où boire une bière ? », « où manger des sushis ? », « où danser toute la nuit ? ») : sa particularité est qu’il fournit plusieurs suggestions à la fois. L’internaute peut ainsi affiner son profil, en signifiant au bot les endroits qui le tentent, ou au contraire, ceux qui n'ont pas ses faveurs.

citron

Déniche, via Alix (DealOn), en apprend lui aussi un peu plus chaque jour sur celui qui l’utilise. Sa spécialité est le conseil lifestyle pour hommes : il recommande des vêtements en mettant l’accent sur des marques peu connues, et s’adresse d’abord aux non-initiés à la recherche de nouvelles tendances stylistiques. Un designer de poche qui prend soin, à l’instar de nombreux chatbots émergents sur le marché, de ne pas se montrer trop intrusif : l’utilisateur ne doit pas avoir le sentiment d’être "spammé" par une agence cherchant à écouler ses marchandises, ou qui profite de l'interface pour l'envahir de publicités.

Destygo se positionne de son côté sur le secteur du voyage. Il centralise les informations émises par de nombreux acteurs (aéroports, gares ferroviaires, commerces, taxis) de façon à répondre aux questions de l’utilisateur avant et après son vol. On peut donc lui poser de simples questions pratiques (wifi à proximité, tarifs du duty free, restaurants dans les horizons, convertisseur de devises, météo avant le départ) comme des requêtes plus spécifiques (réserver tel ou tel transport, livraison des factures du vol, etc.).

Réservée avant tout aux managers, Julie Desk cherche à simplifier les prises de rendez-vous au sein des grandes entreprises, tâche fastidieuse s’il en est. Cet assistant personnel observe les disponibilités des agendas, s’occupe des relances et des confirmations, se charge des réservations au restaurant… et donne aux secrétaires, souvent condamnés à jongler avec les empêchements spontanés des uns et des autres, un gain de temps certain.

julie desk

Karo se positionne quant à lui sur le créneau du « court-voiturage », et cherche avant tout à réduire le temps passé dans les transports chaque jour (le dossier de presse précise que la technologie permet d’économiser en moyenne 20 minutes par trajet). La plateforme scrute et analyse les habitudes de déplacement des usagers, de façon à proposer automatiquement tous les covoitureurs pertinents sur les trajets réguliers (et plus spécifiquement vers le lieu de travail). Elle s’adresse directement aux entreprises qui souhaitent instaurer des solutions faciles pour leurs collaborateurs.

Surveillance, sécurité, eye-tracking : les poids lourds de l'IA

Parmi les autres concepts présentés, plusieurs faisaient explicitement référence à Minority Report, dessinant un avenir proche marqué par le sceau de la prédiction et du contrôle permanent. Pas sûr que le parallèle ait rassuré tous les visiteurs présents, à l'heure où les progrès de la reconnaissance faciale risquent de poser quelques difficultés nouvelles aux Etats de droit, même si elle s'avèrera utile pour les malades d'Alzheimer.

Angus.ai est une solution qui s'inscrit dans cette veine et qui permet aux caméras de passer au peigne fin ce que l’objectif capture. Elle s’adresse d’abord aux commerces soucieux de connaitre plus finement leur clientèle. Parmi les critères identifiés sur l'image : le nombre de personnes présentes sur le lieu, leur genre, une fourchette estimant leur âge, la durée d’attention portée sur tel ou tel produit, ou encore l’humeur (présumée) sur leur visage.

Capture d’écran 2017-03-01 à 19.50.02

C’est bien l’avenir proche du marketing qui semble poindre ici : on imagine mal les études qualitatives et quantitatives résister longtemps à une technologie capable de fournir et analyser en temps réel des données aussi précieuses pour les marques.

A.I.MERGENCE s’affiche de son côté comme le premier robot de sécurité intelligent. L’objet pyramidal se promène dans les logements et permet de rassurer les propriétaires en leur absence : il informe en temps réel sur les tentatives d’intrusion et les accidents domestiques, et se charge lui-même de dissuader les cambrioleurs. Un robot mobile plutôt conforme à ce que la science-fiction nous laissait imaginer il y a de ça quelques décennies, et qui devrait à terme nous familiariser avec la robotique domestique :

aimergence

Plus spectaculaire encore : SuriCog est un dispositif d’eye-tracking qui suit donc le mouvement des yeux, et qui à partir de ces informations, dote l'homme de capacités nouvelles : un clignement d’œil permet par exemple d'éteindre l'interrupteur de la cuisine. La firme a déjà noué un partenariat avec le Louvre pour des expérimentations culturelles : le visiteur peut « sélectionner » un élément d'un tableau d’une grâce à son regard, et ainsi déclencher quand il le souhaite le contenu audio qui lui est associé. De quoi rendre (déjà) la commande vocale obsolète ?

suricog

Un avant-goût de l'édition 2017 de Futur en Seine, qui se tient cette année du 8 au 18 juin en Île-de-France.

A lire aussi