4 choses que les journalistes peuvent faire pour reconstruire la confiance avec leur public

Par Lisa Heyamoto et Todd Milbourn, conférenciers en journalisme à l'Université de l'Oregon. Billet originellement publié en anglais sur The Conversation

En août, près de 400 organes de presse ont insisté sur l'importance du journalisme en réponse à l’affirmation répétée du président Donald Trump selon laquelle les médias sont «l'ennemi du peuple». Dans les éditoriaux #FreePress publiés dans des journaux de tout le pays, les auteurs ont souligné le rôle du journalisme dans une démocratie et le fait qu'une presse libre est essentielle à une société libre.

Le message est arrivé à un moment où la rhétorique anti-presse monte en flèche et où les inquiétudes relatives à l'inexactitude et à la partialité des informations ont fait que la confiance des Américains envers les médias est au plus basCependant, nos recherches suggèrent que si les organisations de presse veulent vraiment combler le fossé de confiance, elles doivent aller au-delà des explications de ce que le journalisme signifie pour la démocratie et plaider directement pour ce que cela signifie pour les citoyens.

En tant que chercheurs et journalistes, nous avons lancé Le Projet 32% afin d’explorer comment les citoyens définissent la confiance et comment les organisations de presse peuvent mieux la gagner. Nommé d'après le pourcentage d'Américains qui avaient confiance dans les médias en 2016, le projet était guidé par le principe selon lequel le meilleur moyen de découvrir ce que veulent les citoyens est de leur demander.

Nous avons tenu des entretiens publics avec 54 personnes dans quatre communautés du pays et nous avons demandé ce que les agences de presse devraient faire pour accroître la confiance du public. Voici quatre idées tirées de ces entretiens.

1Ouvrez la boîte noire

Comment les journalistes décident-ils du contenu d'un reportage ? Où est la ligne entre le fait et l'opinion? Les annonceurs qui financent les nouvelles déterminent-ils ce que les journalistes couvrent ?

Pour de nombreux journalistes, les réponses à ces questions peuvent sembler aller de soi. Pour beaucoup de non-journalistes, elles sont un mystère. De nombreux participants à l'atelier ont déclaré qu'ils connaissaient peu la manière dont les informations sont produites, ce qui les rend sceptiques quant à ce qu'ils lisaient, entendaient et voyaient.

Si les médias d’information veulent gagner leur confiance, les citoyens ont déclaré qu'ils devaient prendre des mesures actives pour communiquer à la fois sur leur mission et leurs méthodes. Les participants ont déclaré que cela pouvait aller de la mise à disposition d’interviews non éditées à l'explication de termes journalistiques en passant par l'ouverture de salles de rédaction pour des visites publiques.

Pour ce qui est de rétablir la confiance entre les citoyens et la presse, un étudiant d'un collège communautaire en Californie a déclaré que les journalistes devaient donner la priorité à une communication authentique et claire.

“Ne cherchez pas à ce que les les gens vous parlent”, a déclaré l'étudiant. “Cherchez à ce que les gens parlent avec vous."

2Créez une mission partagée

De nombreux journalistes se considèrent comme des chiens de garde indépendants d’institutions puissantes, ce qui signifie qu’ils peuvent publier des articles critiquant ces institutions et leurs dirigeants. Et tandis que les participants aux entretiens ont déclaré qu'ils attachent de l'importance à la fonction de chien de garde, beaucoup ont déclaré que les médias d’information doivent d'abord établir leur rôle de bon voisin.

Les citoyens ont besoin de savoir qu'une publication partage explicitement les valeurs de la communauté et que tout le monde travaille ensemble pour atteindre un objectif commun. Pour certains, cela signifiait faire du journalisme en tant que membre d'une communauté plutôt qu'en tant qu'observateur extérieur. Pour d'autres, cela impliquait d'exiger que les médias placent leur mission de service public avant les profits à court terme.

Les journalistes, ont-il déclaré, doivent considérer leur travail comme un service plus direct aux membres de la communauté et consacrer temps, argent et énergie à la construction de relations profondes et réciproques avec leurs lecteurs, leurs téléspectateurs et leurs auditeurs.

Sans un sentiment de mission commune, de nombreux participants ont déclaré qu'ils continueraient à considérer les médias d’information comme travaillant pour les annonceurs - pas pour eux.

3Pas de diversité, pas de confiance

Dans toutes les entretiens, les participants ont déclaré qu'ils ne se voyaient pas ou que leur vie ne se reflétait pas dans les nouvelles qu'ils consomment. Ils ont déclaré que les journalistes produisaient des histoires qui découlent de leurs expériences et de leurs expériences personnelles, mais ont souligné que les personnes de couleur et celles vivant dans les zones rurales, par exemple, ne sont pas bien représentées dans les médias. Les salles de rédaction homogènes ont tendance à produire des histoires homogènes, disent-ils.

Photo de rawpixel via Unsplash

Pour les participants, cela indique à ces groupes de personnes que les informations ne leur sont pas destinées, tout en privant tous les consommateurs d'informations d'une image plus riche de la vie américaine.

“C'est l'une des raisons pour lesquelles les ruraux et les petites villes font de moins en moins confiance aux médias”, a déclaré un participant d'un village de l’Illinois. “Quand ils voient la couverture de leur propre environnement, l'interprétation est mauvaise ou il leur manque vraiment un élément important de l'histoire."

Nous avons constaté que la diversité est essentielle pour gagner la confiance. Si les salles de rédaction veulent gagner en crédibilité, elles doivent refléter de manière large et authentique la composition de leur auditoire.

4Insistez sur le positif

L'une des plaintes les plus courantes que nous avons entendues était que les nouvelles étaient trop négatives. Et même si les récits sur la criminalité, les accidents de voiture et la corruption peuvent attirer l’attention du public, ils n’aident pas à gagner la confiance à long terme.

“Quand quelque chose de bien se passe dans mon quartier, je ne le vois pas”, a déclaré un activiste de Boston. "Mais si quelqu'un tire sur une personne, oh, première page."

Les participants à la recherche ont déclaré qu'ils souhaitaient que les nouvelles reflètent plus fidèlement le sentiment positif général qu'ils éprouvent dans leur vie quotidienne. Mais cela ne signifie pas qu'ils s'intéressent uniquement à une couverture “ feel-good ”. De nombreux participants ont plutôt souligné le besoin de plus d'histoires mettant l'accent sur la solution des problèmes plutôt que sur les problèmes seulement.

À retenir

Si les organes de presse veulent gagner la confiance du public, il est impératif de commencer par refléter les caractéristiques des relations interpersonnelles de confiance. Cela veut dire être cohérent, transparent, authentique, positif et transmettre le respect de la diversité ainsi que le sens de la mission partagée.

“ Le journalisme est une relation ”, a déclaré un participant d'une banlieue de Los Angeles. "Ce n'est pas un produit."

L'un des éditoriaux de #FreePress qui capture au mieux cet esprit provient de la San Diego Union-Tribune. L’auteur a saisi l’occasion pour souligner la rubrique récemment lancée du journal « Notre journalisme expliqué », qui invite les lecteurs à une conversation sur les normes et pratiques journalistiques de la publication.

Comme le suggère l'éditorial et que nos recherches ont confirmé, la confiance n'est pas quelque chose que les agences de presse peuvent simplement demander, mais bien quelque chose qu'elles doivent gagner constamment.

 

Crédit Photo de Une : Keenan Constance via Unsplash

A lire aussi