L'innovation à l'Associated Press : partager une culture plutôt qu'un Lab

Billet originellement publié sur media-innovation.news. Il est présenté dans le cadre d’un partenariat éditorial entre WAN-IFRA et Méta-Media. © [2018] Tous droits réservés.

Pour encourager une culture de l'expérimentation et la collaboration au sein de son organisation, l'Associated Press (AP) développe un hub mondial qui encourage les efforts d'innovation internes et externes.

Avec des équipes dans plus de 100 pays, l’AP couvre l’actualité mondiale, depuis la breaking news jusqu’au reportage d’investigation, sous différents formats comme la photo, la vidéo et l’écriture. Sa démarche d’innovation a vu le jour il y a trois ans avec l’identification de trois piliers stratégiques : la création de contenus, la maîtrise de l'intelligence artificielle et l’exploration de modèles économiques au-delà du cœur de métier de l’agence. Une culture d'innovation était donc nécessaire pour faire fonctionner ces trois piliers ensemble.

L’Associated Press a fait le choix de ne pas créer de lab physique car cela limiterait le nombre de personnes qui pourraient y accéder et donc y collaborer.

"Étant donné que nous sommes une grande organisation avec des bureaux et des salariés dans le monde entier, se concentrer sur la diffusion de cette culture d'innovation semblait le meilleur moyen d’impliquer tout le monde dans le processus", rappelle Francesco Marconi, Directeur de la stratégie de l’entreprise.

La communication est la clé

Et cette  culture d’innovation, l’AP la développe autour de trois axes principaux. Il y a tout d’abord AP Insights, un site web qui rassemble les bonnes pratiques de l’industrie médiatique en matière d’innovation et met en lumière les projets innovants de l’AP, qu’ils touchent à la technologie, aux modèles d’affaires ou encore à la collaboration avec les universités.

"Cela nous a permis d’attirer l’attention sur notre démarche et de susciter l’intérêt de beaucoup de monde", explique Francesco Marconi.

Un comité d'intelligence artificielle a également été créé pour travailler sur le déploiement de l’IA dans l’agence. Francesco Marconi est en effet convaincu qu’une utilisation novatrice de l’IA peut libérer des ressources sur des tâches journalistiques essentielles en permettant aux rédactions de se concentrer sur ce que les humains font le mieux. Lorsqu’elle est maîtrisée, l'intelligence artificielle peut aider à maximiser la production des rédactions - a fortiori dans un contexte de réduction des ressources et des budgets. L’IA pourra donc les aider à couvrir des terrains qui étaient auparavant laissés de côté.

Le troisième effort, peut-être celui qui sera le plus susceptible de changer les mentalités dans l’entreprise, est Inside AP : une sorte de Facebook interne qui permet aux salariés de suivre l’actualité de l’agence en matière d'innovation, des événements organisés aux annonces de partenariats avec d’autres entreprises innovantes.

Un hub plutôt qu’un lab

Toutes ces initiatives constituent le cœur du centre d'innovation de l'AP, construit autour de l'idée que la communication autour de son action permettra d’embarquer les collaborateurs de l’agence dans cette démarche, comme le souligne Francesco Marconi :

"Notre approche de l'innovation se fonde sur ce que l’on fait de mieux, créer du contenu et raconter des histoires. Nous avons commencé à organiser des webinaires et des séminaires où nous formons notre staff au design thinking, en tirant parti des nouvelles technologies comme la réalité virtuelle et l'intelligence artificielle. Et à long terme, nous partagerons aussi ces efforts avec le reste des acteurs du secteur."

Cette combinaison d'apprentissage et de partage forme la base d’un centre d'innovation adapté à la structure internationale de l’AP. Un véritable effort est mené pour inclure tous les salariés de l’agence :

"Nous avons créé de petites affiches qui représentent les buts stratégiques de l'entreprise, et nous les avons distribuées dans toute l’agence. Encore une fois, il s’agit de nous assurer que les gens sont conscients que tout le monde peut contribuer, que l'avis de chacun est pris en compte, que leurs idées ont de la valeur et que c'est grâce à ce réseau de connaissance que l'entreprise avance."

Investir dans les start-ups

L’AP est aussi partenaire de MatterVentures, incubateur de médias basé à San Fransisco et New York financé par des médias dont l’AP, le New York Times et McClathy. Une fois incubées, les start-ups entrent dans un programme ouvert aux équipes des sociétés de médias partenaires.

Dans le cadre de ce programme, une équipe de l’AP a travaillé sur un projet d'innovation dans le secteur du sport, et Francesco Marconi a également participé à un projet autour de l'IA, qui a d’ailleurs mené à la création du comité d'intelligence artificielle de l’AP.

Une stratégie pour guider l’innovation

L’innovation est un processus guidé par la volonté d’apprendre et de partager des expériences, et cela commence nécessairement avec les besoins de l’entreprise : “Tout l’argent que l’AP génère est réinvesti dans l’information ou le journalisme. Même si nous sommes une entreprise à but non lucratif, il est donc important de construire une entreprise saine.”

Adopter la mentalité d’une start-up n’est donc pas suffisant ; il s'agit de combiner les atouts de l’état d’esprit agile des start-ups avec l’histoire d'une entreprise de 170 ans.

Il ne s’agit pas de lancer des projets ou tester des technologies juste pour l'expérimentation. Nous préférons plutôt nous concentrer sur des projets très précis qui ont des résultats spécifiques que nous pouvons mesurer et qui ne doivent pas nécessairement être risqués”, explique Franscesco Marconi.

A lire aussi